Qu’en est-il pour les gays ? Quid du risque de surcontamination ? etc...

Préservatif ou trithérapie ?
dimanche 3 février 2008
popularité : 1%

Professeur, suite à la publication de nouvelles recommandations de prévention pour les couples sérodifférents par la Commission fédérale suisse pour les problèmes liés au sida, un débat a lieu pour savoir si ces recommandations concernent autant les couples hétérosexuels qu’homosexuels. Est-ce le cas ? Est-ce-que les rapports anaux insertifs ou réceptifs changent la donne ?

Bernard Hirschel : Logiquement, cela ne devrait pas faire de différence. Pas de virus, pas de contamination. Cependant, il faut admettre que les données disponibles concernent uniquement les couples hétérosexuels.

Si la transmission devient négligeable avec un traitement antirétrovial efficace et une virémie indétectable, peut-on étendre le raisonnement et dire qu’une personne dans cette situation ne peut pas surcontaminer son partenaire (que ce dernier soit ou pas sous traitement) ?

B.H. : Oui.

Qu’en est-il pour les personnes co-infectées VIH-VHC ou VIH-VHB ?
Est-ce-que les recommandations s’appliquent ?

B.H. : La trithérapie anti-VIH n’influence pas les deux autres virus (sauf certains médicaments anti-VIH comme le 3-TC, FTC et tenofovir). Comme vous le savez, certains patients avec hépatite B sont très contagieux (sexuellement, mais également par salive et sang) - le préservatif ne protège donc pas bien, mais par contre la vaccination est très efficace. Concernant le virus de l’hépatite C, il se transmet avant tout par le sang, beaucoup moins par le sexe et d’autres contacts.

Merci.


Bernard Hirschel, Prof. Dr méd., membre de la Commission d’experts clinique et thérapie VIH et sida de l’Office fédérale suisse de santé publique et responsable de l’unité VIH-SIDA des Hôpitaux Universitaires de Genève. Il est co-auteur du rapport publié de la Commission fédérale suisse pour les problèmes liés au sida.


Commentaires