J’ai le sida, ça va… ?

jeudi 2 décembre 2010
popularité : 1%

JPEG - 77.7 ko

LES FAITS : Très énervé par le ton larmoyant des campagnes de solidarité et par le fait que les séropositifs restent invisibles en Belgique, y compris chez les gays, notre bon Saint Nicolas vient de décider courageusement qu’il était grand temps de révéler toute la vérité en avant première :

IL EST GAY ET VIT LUI-MÊME AVEC LE VIH depuis plusieurs années. À la veille de sa traditionnelle tournée dans nos foyers, il confie calmement : « Vraiment, je ne comprends pas : après vingt ans d’épidémie, on en est encore à faire comme si... “si j’étais séropositif”, blablabla... comme dans la campagne de ces dernières années. Et pendant ce temps, il y en a qui continuent à déclarer publiquement que le sida est “une forme de justice immanente” pour les gays ! J’ai trouvé qu’il était grand temps de bouger. C’est aussi mon compagnon de toujours, Zwarte Piet, qui m’a encouragé à briser le secret. On ne pouvait pas continuer à faire comme si, nous non plus. . . Ce qui me choque le plus, c’est qu’on continue à faire comme si les personnes séropositives étaient nulle part, et surtout pas proches de nous, en famille, à la télévision, à la radio, au sauna, à la brasserie, dans les équipes de sports que nous aimons, dans les asbl mais aussi dans nos lits ! Il y a trop longtemps que je vis moi-même avec cette idée : on croit que je n’existe pas, que je ne suis pas là, tout près, et parfois, on ne m’attend plus. Je pense que ça suffit : on ne lutte pas contre l’exclusion en faisant comme si. J’ai pris cette décision parce que, justement, je n’ai pas cette possibilité de dire un truc bidon du style : “votre accueil serait-il aussi chaleureux si j’étais homo et séropo..?”. »

SON VŒU DU 1ER DÉCEMBRE : « C’est un vœu pieu bien sûr, mais une fois n’est pas coutume, donner tort au proverbe : La fête passée, adieu le Saint ! »


Commentaires


Navigation

Mots-clés de l'article