L’autotest avant un plan cul prévient l’exposition au VIH chez les HSH à haut risque d’infection

Conférence AIDS 2012 - Washington
jeudi 26 juillet 2012
par  RF
popularité : 1%

De notre correspondant de Warning-Montréal à Washington.

Inspiré par un article du New York Times sur les autotests et par ses propres recherches sur le sujet, Alex Carballo-Diéguez a présenté aujourd’hui les résultats d’une étude [1] auprès de 27 HSH « à haut risque d’infection pour le VIH ». Lui et ses collègues ont fourni à chaque participant 16 auto-tests et tout en leur donnant accès à une ligne de soutien accessible 24h. L’objectif de l’étude visait à évaluer si les participants utiliseraient ces tests avec leurs partenaires sexuels avant d’avoir des relations sans condom.

Ces 27 participants ont demandé à 124 partenaires, sur une période de 3 mois, de passer le test. 101 de ceux-ci (81,5%) ont accepté. Lorsque les partenaires refusaient, les participants percevaient ce refus comme étant à « haut risque » et il n’y a pas eu de relation sans condom. De plus , deux partenaires ont dévoilés leur statut positif lorsque le test a été proposé. L’auteur souligne que souvent autant « de participants » que « de partenaires » ont utilisé le test.

Parmi les partenaires testés, 7 ont eu un résultat réactif. 6 de ces personnes ne connaissaient pas leur statut. Il n’y a pas eu de relations sans condom quand le test était réactif. Sur le plan du climat entre partenaires, 7 cas (sur 124) ont été jugés problématiques (où les partenaires se sont fâchés). Les auteurs concluent que les autotests avant un plan cul ont été bien accueillis par les hommes à haut risque pour l’infection au VIH, ont permis d’identifier des infections, ont permis d’éviter des relations à risque et ont permis aux participants de gérer leur niveau de risque lors des relations sexuelles.

Lorsque questionné sur l’effet de la période fenêtre et l’importance de la promotion du condom, Carballo-Diéguez a rejeté une approche paternaliste envers les hommes gais. Celui-ci en renchéri en soulignant qu’il préfère miser sur l’empowerment des hommes en leur fournissant les outils dont ils ont besoins pour gérer les risques dans leurs pratiques sexuelles. Il a ajouté qu’attendre des méthodes parfaites prive ces hommes des bons outils qui sont efficaces.

Cette utilisation des autotests a un potentiel important pour les hommes séronégatifs qui ont recours à la séroadaptation pour réduire les risques de transmission lors des relations sans condom. Warning-Montréal s’est déjà positionné pour la vente libre des autotests. Avec la vente libre de ces tests aux États-Unis qui commence en octobre, il est important se de pencher sur cet outil au Québec pour s’assurer que les HSH aient l’information nécessaire pour son utilisation adéquat.

[1] Use of rapid HIV home test to screen potential partners prevents HIV exposure in a high risk sample of MSM. Alex Carballo-Diéguez et coll. Poster session AIDS 2012.


Commentaires


Navigation

Mots-clés de l'article