La PrEP, il est temps de passer à l’action

Conférence AIDS 2012 - Washington
jeudi 26 juillet 2012
par  RF
popularité : 1%

De notre correspondant Warning-Montréal à Washington.

Avec l’homologation du Truvada comme prophylaxie pré-exposition la semaine dernière aux États-Unis par la FDA, le sujet prend une place centrale dans la conférence AIDS 2012 aujourd’hui. L’OMS a publié des lignes directrices sur la PrEP et lance un appel à projets pour mieux comprendre les différentes façons d’utiliser ce nouvel outil de prévention (Rapport OMS : http://apps.who.int/iris/bitstream/...).

Dans une session consacrée au sujet [1], des chercheurs des États-Unis, d’Afrique du Sud et du Brésil ont présenté leurs projets. Un projet en parallèle dans deux sites commencera bientôt dans des cliniques de dépistage à San Francisco et Miami. Au Brésil, on développe un projet pour les HSH en plus de l’essai iPrex OLE qui est déjà en cours [2]. Pour remédier aux limites du système de santé au Brésil et tester des conditions dans la vraie vie, les chercheurs proposent d’intégrer les auto-tests dans l’étude pour que les hommes qui utilisent la PrEP fassent des tests de dépistage régulièrement à la maison. En ce qui concerne l’Afrique du Sud, les projets en développement vont permettre d’évaluer l’usage de la PrEP dans le contexte d’une épidémie généralisée.

Les enjeux sont de taille et plusieurs questions se posent. Il est cependant clair que seulement des projets dans des conditions de la « vraie vie » peuvent y répondre. Les futurs projets remettent sérieusement en question le recours à un bras placebo dans les études. Les responsables d’Ipergay devront mener une réflexion de fond sur leur méthodologie. Dans le contexte actuel, le bras placebo n’a plus sa place. Par contre, les chercheurs devraient se concerter pour trouver de nouvelles stratégies afin de prouver l’efficacité de la PrEP intermittente, sinon, un vide de données prospectives et solides s’annonce.

Des suggestions intéressantes : outre l’idée de l’intégration des auto-tests dans les études, les chercheurs ont suggéré de proposer la PrEP aux HSH qui ont recours au TPE, spécialement dans les situations où la personne a pris le traitement plus d’une fois. Aussi, on propose d’intégrer la PrEP dans les services de santé actuelle et de mettre à profit les ressources déployées pour ces recherches pour pouvoir améliorer l’accès général aux services de santé et de prévention pour les populations difficiles à toucher, qui souvent, constituent des candidats pour la PrEP.

La question des ressources et des coûts est importante. Il faut s’assurer que l’offre de PrEP n’exaspère pas les inégalités d’accès aux services de prévention et que la PrEP ne soit pas réservée uniquement aux personnes qui en ont les moyens.

Finalement, la discussion a permis de pointer des enjeux d’implantation qui requièrent une attention particulière. Comment s’assurer que les hommes qui commencent la PrEP ne sont pas en primo infection, comme il s’agit déjà d’un groupe à haut risque ? Comment assurer une adhésion optimale au traitement ? Comment assurer le suivi et la prévention des autres ITS ? Comment assurer un suivi des effets secondaires possibles ? Comment éviter le développement des résistances au Truvada qui constitue le traitement de préférence dans plusieurs pays ? Pour y répondre, les projets de démonstration dans des conditions réelles sont importants.

Warning-Montréal demande donc aux chercheurs, instances de santé publique et organismes communautaires au Québec de revoir l’idée d’implantation d’un bras Montréalais d’IPERGAY (actuellement en développement) et de procéder à l’implantation de projets de démonstrations. Il est maintenant le temps de passer à l’action et de donner aux hommes gais les outils nécessaires pour se protéger.

[1] TUWS02 Implementing Pre-exposure Prophylaxis : Current Progress and Future Challenges. AIDS 2012

[2] iPrex OLE est la continuation de l’étude iPrex qui a démontré l’efficacité de la PreP. OLE est une étude sans placebo à étiquette ouverte.


Commentaires