Débat autour de notre livre Santé gaie

mercredi 17 novembre 2010

Avec Clotilde Genon, Olivier Jablonski, Jean-Yves Le Talec et Georges Sidéris :
Mercredi 24 novembre 2010, 19h, Les Mots à la Bouche, 6 Rue Ste Croix la Bretonnerie 75004 Paris.

GIF - 18.9 ko

« Publié en juin 2010, le livre Santé gaie fait suite à la conférence VIH et santé gaie organisée à Paris fin 2005par l’association Warning et reprend un certain nombre des interventions tenues lors de cette manifestation. Les fondateurs de l’association, Olivier Jablonski et Georges Sidéris, précisent leur postulat dans la préface : s’engager dans la promotion de la santé gaie, c’est avoir confiance en la capacité des individus à construire une démarche conjuguant plaisir et santé. Parmi les contributions, regroupées en trois parties (les deux premières portent sur les enjeux théoriques et la production de connaissances à l’intersection des champs de la sante et de l’homosexualité ; la troisième, sur différents programmes d’intervention), on note celles de Jean-Yves le Talec, qui, de l’introduction à la conclusion, ponctuent les différentes chapitres de l’ouvrage et situent la question de la santé gaie dans une perspective politique de réduction des inégalités liées à l’orientation sexuelle.On note également celle, centrale, de Michael Hurley, qui fournit un tableau tant historique que théorique surl’impact du VIH sur les sexualités et cultures gaies. On retient, enfin, celle d’Eric Rofes, à qui le livre est dédié,militant gay américain engagé dans la lutte contre le sida, mais aussi enseignant, décédé peu de temps après sa venue en France, en2006. Dans un panorama autobiographique, il présente ses efforts constants, développés dès les débuts de l’épidémie à VIH, visant à renouer avec les valeurs du mouvement de libération gaie. Avec le souci insistant de valoriser les modes de vie homosexuels, il plaide pour que nous cessions de les voir comme des modes problématiques ou pathologiques. Et résume ainsi ses convictions : les gays sont en mesure de construire des vies satisfaisantes et pleines de sens, c’est pourquoi nous devons tabler plus volontiers sur les atouts des communautés que sur leurs déficits. »

Vincent Douris (extrait du magazine Transversal - Sidaction)


Sur le Web : Santé gaie

Toutes les brèves du site