Y’a comme un problème avec les IST

mercredi 25 mai 2005

La relation entre l’incidence des IST et celle du VIH devient de plus en plus objet de débat. On sait déjà que les épidémies de syphilis varient suivant des cycles d’environ 10 ans, réagissant plus à une perte d’immunité de la population qu’au changement de comportements sexuels (voir article). Cette fois-ci, une étude menée sur la cohorte gay d’Amsterdam revient sur l’évolution de la présence des IST et son lien avec le VIH chez les jeunes néerlandais (< 30 ans).

Ce qui se passait dans une clinique vénérienne d’Amsterdam a intrigué : on s’est aperçu d’une augmentation de contaminations VIH chez les gays âgés de 35 ans alors qu’au même moment c’est du côté des gays plus jeunes qu’on observait une augmentation des gonorrhées rectales. Un peu étrange tout de même. C’est pourquoi des chercheurs ont regardé de 1984 à 2002 ce qui se passait en terme d’incidence des IST et du VIH dans la cohorte gay d’Amsterdam pour les moins de 30 ans. Surprise. Si de 1984 à 2002, les tendances en terme d’incidence des IST et du VIH sont concomitantes, à partir de 1995, les IST sont en augmentation alors que l’incidence VIH demeure stable. Les IST ici comptabilisées sont la syphilis mais aussi les gonorrhées.

Les IST restent-elles un marqueur pour la transmission VIH ? Le débat est lancé.

Source : Increase of sexually transmitted infections, but not HIV, among young homosexual men in Amsterdam : are STIs still reliable markers for HIV transmission ? van der Bij AK, Stolte IG, Coutinho RA, Dukers NH, Sex Transm Infect. 2005 Feb ;81(1):34-7.
Department of HIV and STD Research, Municipal Health Service Amsterdam, PO Box 2200, 1000 CE Amsterdam, Netherlands. Avdbij@gggd.amsterdam.nl



Toutes les brèves du site